Unknown.jpeg

J’ai lu de nombreuses critiques avant de le lire, je suis loin et l’été est toujours promesse de joie ou de déception en ce qui concerne les nouveautés que l’on ne trouve pas encore chez nous. Alors j’ai lu “Trois saisons d’orage” et je l’ai lu doucement, tranquillement en n’étant pas pressée d’arriver à la fin. Cécile Coulon a une petite voix que l’on entend, elle est douce, tranquille et soucieuse à la fois. Elle retranscrit les passions de ses personnages avec beaucoup de délicatesse et c’est une écriture qui fait du bien, bienveillante. Un roman finement ciselé, qui semble etre écrit sur la pointe des pieds, avec des avancées timides de peur de froisser ses personnages. Ils sont tous beaux et fragiles, et leur auteur semble ne pas avoir voulu les casser. Un roman de porcelaine.

Auteur : Cécile Coulon

lesreves-couv.jpg

« Comment fait le matin d’été pour être toujours le premier levé ? »

« Et  la route des vacances, est-elle aussi pressée que toi de mettre les pieds dans l’eau ? »

Un inventaire de questions tendres, poétiques et parfois loufoques sur le monde qui nous entoure. Les petites évidences du quotidien, teintées de magie, mises en lumière par les illustrations douces et pétillantes d’Amélie Fontaine. Un univers poétique dans lequel l’enfant se retrouve avec bonheur, de petites étoiles dans les yeux.

Auteur : Anne Terral / Illustrateur : Amélie Fontaine

à partir de 6 ans

livre-epuise.gif

Lecture touchante. Le titre évocateur, déjà.
L’histoire d’un gros livre, bien fatigué, un gros livre porteur de rêves, d’espérance, de mystères, de joie, d’émotions, un gros livre passé de mains en mains.
Un gros livre fatigué, épuisé, un gros livre.
Un gros livre, émouvant.

Un joli livre à lire, qui chante tous les livres.
Pour les amoureux du livre.

Auteur / Illustrateur : Frédéric Clément

à partir de huit ans et pour les adultes aussi.

51-UYo1akhL._SY351_BO1,204,203,200_.jpg

Pour qui veut briller sous les étoiles. Non sans rire, pour qui veut partager, le peu de connaissances que nous avons de l’univers et pourtant, celles que nous ont  léguées nos ancêtre a travers les mythologies… et la poésie. Les étoiles filantes, les météorites, la voix lactée, les ovnis aussi, les avions, les rapaces et les bolides. Un livre pour faire la diférence. Un livre pour bien voir et sonder le ciel la nuit sans oublier les galaxies. Mais ce livre a pour titre constellations, alors nous allons nous diriger vers celles-ci. Vous saurez tout sur l’origine du nom qui les designe et leur histoire. Et si vous etes perdu dans toute cette foule d’informations, il vous suffira d’éteindre la lumière. Et, a ce moment la, les constellations vous apparaitront dans le noir de la nuit. Quelques petits points de lumière dans l’obscurité, a retrouver dans un beau ciel dégagé un soir d’été. A tous les reveurs. Je veux être incollable et écouter ce que me dit le ciel et ce qu’il disait déjà a mes lointains aieux.

24062015 006.JPG

Auteur : Anne Jankeliowitch / Illustrateurv : Sarah Andreacchio

A partir de tout âge

 

 

getimage.php

Les hommes n’en font qu’a leur tete (entendre par la les humains). L’auteur devient profiler (pour faire in) sans oublier d’être poete, pour nous brosser différents visages de l’humain : l’homme de terre, l’homme qui amasse, l’homme qui s’efface, l’homme qui joue, l’homme qui rêve, l’homme qui observe, l’homme invisible, l’homme des mers, l’homme de fer, l’homme des bois, l’homme qui tue, l’homme qui mange, l’homme qui se croit malade, l’homme de lettres, l’homme de cœur, l’homme du futur. Chaque poème est illustre d’un portrait a la manière d’Arcimboldo. Toujours surprise de voir la réactivité des enfants et l’interprétation faite de notions abstraites. La littérature jeunesse est un vaste champ d’exploration pour les enfants, pour leurs parents et pour les auteurs et illustrateurs qui disposent d’un espace de liberté ou faire courir toute leur fantaisie. Notre matière première a nous bcdistes. Longue vie a l’édition pour la jeunesse qui malgré les difficultés traversées ne baisse pas les bras et nous fait découvrir chaque année de petits trésors.

 

auteur : Francois David / Illustrateur : Olivier Thiebault

ennemi380-3bf6e

L’horreur des tranchées n’est pas ici évoquée par le graphisme. Le dessin se réduit à un simple mais efficace trait noir sur une grande surface blanche. L’horreur est toute contenue dans l’attente. L’attente du soldat, sa peur de tomber sous le coup de l’ennemi. L’ennemi invisible qui se terre lui aussi. L’ennemi qui est-il ? Un monstre sanguinaire si l’on se réfère au guide du parfait va-t-en guerre. Mais qui est-il vraiment ? Sommes-nous moi et mon ennemi si differents ? N’est-il pas lui aussi, un fils, un frère un mari, un homme qui aime ses enfants, un soldat comme moi, un homme empli de terreur ? Partir la fleur au fusil et devenir de la chair à canon. La guerre, son absurdité et son infinie souffrance.

 

Auteur : Davide Cali / Illustrateur : Serge Bloch

a partir de 10 ans

 

 

 

41NG6SZUtEL._SX319_BO1,204,203,200_.jpg

 

Pour l’amour de l’Art je veux bien le croire. Monsieur Hasquenoph me semble bien honnete, et je le crois sincere lorsqu’il hallucine devant les formidables critiques de Ahae. Il se plait a les ennoncer dans son livre, et sa prose reste d’une impeccable sobriete. Connaissant “Louvre pour tous” avant de connaitre l’auteur, a travers son blog, j’ai reconnu, je me plais a le croire, un homme sur le qui vive pret a nous alerter. Ce n’est pas une position confortable dans le microcosme auquel il appartient, celui de la culture (parisienne, mais pas que, pour “louvre pour tous”), dans lequel on a tendance a ne reconnaitre que les diplomés, les bienheureux du serail. Il semblerait que Monsieur “Louvre pour tous” ai acquis un certain statut et je souhaite qu’il le conserve longtemps. On aimerait tant que “nos elites” conservent l’ethique, celle du respect du public, des institutions, et de leur ame. Ne pas vendre son ame au diable pour quelques sous ou quelques lauriers. C’est l’Etat qui paie pour les prestigieuses places de directeur de musee, c’est le peuple qui paie, arretons de prendre le peuple pour un idiot.

 

Auteur : Bernard Hasquenoph