L’Oizochat

download.jpg

Pauvre Oizochat fuit la guerre. Le voici échoué, perdu, dans un pays qui n’est pas le sien.

Détresse et renaissance. Drôlerie, douceur, poésie et légèreté pour traiter d’un sujet grave.

Une ambiance qui me rappelle un peu l’album tout en délicatesse de Germano Zullo et Albertine, « Les oiseaux ».

« Ne me demandez pas comment Zpilo et Litzia tombèrent amoureux, ni comment ils partagent leur vie entre air et eau. Cela ne me regarde pas »

auteur : Rémi Courgeon

à partir de cinq ans

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :