archive

albums

download.jpg

Pauvre Oizochat fuit la guerre. Le voici échoué, perdu, dans un pays qui n’est pas le sien.

Détresse et renaissance. Drôlerie, douceur, poésie et légèreté pour traiter d’un sujet grave.

Une ambiance qui me rappelle un peu l’album tout en délicatesse de Germano Zullo et Albertine, « Les oiseaux ».

« Ne me demandez pas comment Zpilo et Litzia tombèrent amoureux, ni comment ils partagent leur vie entre air et eau. Cela ne me regarde pas »

auteur : Rémi Courgeon

à partir de cinq ans

lesreves-couv.jpg

« Comment fait le matin d’été pour être toujours le premier levé ? »

« Et  la route des vacances, est-elle aussi pressée que toi de mettre les pieds dans l’eau ? »

Un inventaire de questions tendres, poétiques et parfois loufoques sur le monde qui nous entoure. Les petites évidences du quotidien, teintées de magie, mises en lumière par les illustrations douces et pétillantes d’Amélie Fontaine. Un univers poétique dans lequel l’enfant se retrouve avec bonheur, de petites étoiles dans les yeux.

Auteur : Anne Terral / Illustrateur : Amélie Fontaine

à partir de 6 ans

getimage.php

Les hommes n’en font qu’a leur tete (entendre par la les humains). L’auteur devient profiler (pour faire in) sans oublier d’être poete, pour nous brosser différents visages de l’humain : l’homme de terre, l’homme qui amasse, l’homme qui s’efface, l’homme qui joue, l’homme qui rêve, l’homme qui observe, l’homme invisible, l’homme des mers, l’homme de fer, l’homme des bois, l’homme qui tue, l’homme qui mange, l’homme qui se croit malade, l’homme de lettres, l’homme de cœur, l’homme du futur. Chaque poème est illustre d’un portrait a la manière d’Arcimboldo. Toujours surprise de voir la réactivité des enfants et l’interprétation faite de notions abstraites. La littérature jeunesse est un vaste champ d’exploration pour les enfants, pour leurs parents et pour les auteurs et illustrateurs qui disposent d’un espace de liberté ou faire courir toute leur fantaisie. Notre matière première a nous bcdistes. Longue vie a l’édition pour la jeunesse qui malgré les difficultés traversées ne baisse pas les bras et nous fait découvrir chaque année de petits trésors.

 

auteur : Francois David / Illustrateur : Olivier Thiebault

la-couverture

Le saviez-vous ?

Les cirques de puces ont reellement existe. Il ne s’agit pas d’histoires inventees, comme je le croyais, pour impressionner les enfants. Au XVIeme siecle, des bijoutiers, pour attester de la finesse de leur travail eurent l’idee d’harnacher des puces avec de fines chainettes. A la fin du XIXeme siecle et au debut du XXeme, les cirques de puces connurent un veritable engouement a travers le monde. Les hommes sont etranges tout comme cet album !

 

 

 

 

auteur Helene Rajcak / illustrateur : Damien Laverdunt

a partir de 7 ans

MonsieurVous permettez ?

(album tres grand format)

On entend beaucoup parler des chats. Ils sont tres envahissants malgre leur petite taille. Voici un Monsieur (le chat), grandeur nature, sur les pages cartonnees d’un album sans concession sur nos mysterieux amis.

auteur : Marie-Ange Guillaume \ illustrateur : Henri Galeron

a partir de 7 ans

Avant-quand-y-avait-pas-ecole

Pour bien debuter l’annee et promouvoir les bienfaits de l’école auprès d’un public (les ecoliers) pas toujours convaincu, un grand et drole d’album. Des illustrations caricaturales et belles a la fois, un texte pétillant. Une suite de “Quand papa etait petit y avait des dinosaures”.

Auteur : Vincent Malone / illustrateur : Andre Bouchard

a partir de 8 ans

hokusaiTexte et illustrations minimalistes, pour cet excellent petit livre sur le peintre Hokusai et sa plus celebre estampe, la vague. Quand le peintre fixe un instant pour l’eternite ou l’eternite contenue dans un instant. Un petit bijoux de finesse et d’intelligence qui parle peu mais dit beaucoup sur la condition de l’artiste et les conditions de son oeuvre.

 

 

 

auteur : Olivier Charpentier \ illustrateur : Beatrice Alemagna

a partir de 7 ans

Un album de grande taille cabinet de curiositequi se lit en format paysage. De belles illustrations très modernes par le choix des couleurs mais qui conservent un petit cote surané des premiers livres illustrés, par l’utilisation de l’aplat, le dessin au cerné noir évoque la gravure sur bois. Je n’en dirais pas plus, car je ne pourrais faire mieux que la préface de ce très bel ouvrage.

 

 

Préface

Salles aux trésors pour certains ou bric-à-brac pour d’autres, les cabinets de curiosités sont souvent considérés comme les ancêtres des musées. Dans ces lieux privés étaient entreposées et exposées des collections de toutes sortes, le critère principal étant l’hétéroclisme.
On pouvait y trouver pêle-mêle des roches volcaniques, des oeuvres d’art, du sang de dragon, des télescopes ou des squelettes de caméléons ! Aussi appelés “chambres des merveilles”, ils regroupaient presque tout et n’importe quoi, l’idée étant de collectionner et de mettre en scène les choses les plus belles et les plus surprenantes.
Apparus à la Renaissance dans les cours d’Europe, ce sont de véritables univers miniatures, avec pour ambition de dresser un inventaire du monde. Mais l’accent est mis sur le rare, l’étonnant, l’exotique, le bizarre, bref, en un mot : le curieux.

On distingue souvent deux grandes catégories : les créations de la Nature (les animaux, les végétaux, les minéraux) et les créations humaines. Mais, à vrai dire, il n’y a pas vraiment de règle lorsque l’on parle de cabinets de curiosités. Ils sont avant tout le reflet de la personnalité de leur propriétaire, aussi bien au XVIe siècle qu’aujourd’hui, où les collectionneurs sont encore nombreux et passionnés. Quelques rois et princes ont d’ailleurs rendu très célèbres les cabinets de curiosités : François Ier en possédait un à Fontainebleau, François de Médicis à Florence, Rodolphe II, un immense à Prague, Mazarin, un à Paris. Lieux d’études et de recherches, ils étaient, à l’époque de leur gloire, signes de puissance et de prestige. Mais c’était également des espaces de sociabilité, où l’on venait parler, échanger et admirer les collections de chacun. Les vertus qu’on attribuait à l’objet et le récit qui l’entourait étaient au moins aussi importants que sa beauté ou sa rareté. Ils donnaient lieu à des discussions parfois houleuses entre curieux de tous bords.

Dans ce livre sont regroupées les collections indispensables et essentielles à la création d’un cabinet digne de ce nom, avec même quelques surprises… Sur chaque page, c’est l’histoire d’un élément en particulier qui est racontée ; pour le reste, il suffit juste d’admirer !
Alors, à bas l’adage, la curiosité est un joli défaut.
Bonne visite !

 

« Si je devais un jour constituer une collection, ce serait des objets, des bizarreries, des choses dont on ne sait pas d’ou elles proviennent et qui mises cote a cote, prennent un sens parce que la personne qui les a sorties de la leur en a donné un »

Valerie Mrejen

 

au chateauLes vacances enfin ! Pour tous les parents qui (en cette occasion) ont dans l’idée d’emmener leur progéniture en excursion culturelle voici un petit ouvrage des plus plaisants. Pour les enfants d’abord, mais je gage que les parents apprécient d’avantage que les bambins. Encore une histoire savoureuse de Delphine Bournay. Ne loupez pas non plus les aventures de ses deux héros « Grignotin et Mentalo ». De la bonne litterature pour accompagner les enfants durant les longs tragets estivaux et distraire les parents qui ont besoin de faire reposer leurs neurones, c’est plus sympa que Voici ou Gala.

 

 

 

 

Auteur : Delphine Bournay

à parit de 7 ans