archive

romans

41NG6SZUtEL._SX319_BO1,204,203,200_.jpg

 

Pour l’amour de l’Art je veux bien le croire. Monsieur Hasquenoph me semble bien honnete, et je le crois sincere lorsqu’il hallucine devant les formidables critiques de Ahae. Il se plait a les ennoncer dans son livre, et sa prose reste d’une impeccable sobriete. Connaissant “Louvre pour tous” avant de connaitre l’auteur, a travers son blog, j’ai reconnu, je me plais a le croire, un homme sur le qui vive pret a nous alerter. Ce n’est pas une position confortable dans le microcosme auquel il appartient, celui de la culture (parisienne, mais pas que, pour “louvre pour tous”), dans lequel on a tendance a ne reconnaitre que les diplomés, les bienheureux du serail. Il semblerait que Monsieur “Louvre pour tous” ai acquis un certain statut et je souhaite qu’il le conserve longtemps. On aimerait tant que “nos elites” conservent l’ethique, celle du respect du public, des institutions, et de leur ame. Ne pas vendre son ame au diable pour quelques sous ou quelques lauriers. C’est l’Etat qui paie pour les prestigieuses places de directeur de musee, c’est le peuple qui paie, arretons de prendre le peuple pour un idiot.

 

Auteur : Bernard Hasquenoph

Publicités

l'herbe des nuitsIl ne se passe pas grand chose dans ce roman, quelques silhouettes apercues sous la lumiere jaunatre suintante des reverberes de Paris la nuit. Tout comme le héros de cette histoire, on attend et puis l’on attend plus. On se laisse charrier par cette petite musique faite de chuchotement et de silence. On entend par dessus son epaule le ruisselement des caniveaux. L’air moite des stations de metro semble suspendu sur la ville, comme une chappe de plomb. Les rares lumieres sont celles que l’on laisse volontairement ou non dans les maisons vides. On le sait d’avance, il n’y aura pas de denouement, on ne peut lutter contre des ombres. Toute la poésie de Modiano dans ce court roman.

 

 

 

auteur : Patrick Modiano

spitzwegUn bonheur pour le lecteur, avoir le sentiment qu’a chaque page quelque chose est dit. Avancer dans sa lecture sans attendre de denouement particulier, juste pour le plaisir de gouter une ecriture, legere, fluide, poetique sans emphase. Monsieur Spitzweg ne s’ennuie jamais, et l’on ne s’ennuie pas une seconde dans ce roman que j’ai lu d’une traite, qui n’est pas seulement une ballade au coeur de Paris, mais aussi une reflexion sur l’individu dans notre societe trepidante hypermediatisee et sa toute relative liberte de vivre en accord avec lui-meme et en amitie avec les autres.

auteur : Philippe Delerm

au chateauLes vacances enfin ! Pour tous les parents qui (en cette occasion) ont dans l’idée d’emmener leur progéniture en excursion culturelle voici un petit ouvrage des plus plaisants. Pour les enfants d’abord, mais je gage que les parents apprécient d’avantage que les bambins. Encore une histoire savoureuse de Delphine Bournay. Ne loupez pas non plus les aventures de ses deux héros « Grignotin et Mentalo ». De la bonne litterature pour accompagner les enfants durant les longs tragets estivaux et distraire les parents qui ont besoin de faire reposer leurs neurones, c’est plus sympa que Voici ou Gala.

 

 

 

 

Auteur : Delphine Bournay

à parit de 7 ans

 

 

silenceEn 1637 le Japon ordonne l’expulsion des portugais suite au soulevement de 35000 Chretiens qui fut réprimé dans un bain de sang. Les chrétiens sont pourchassés et contraints à l’apostasie. C’est dans ce contexte que Sebastien Rodrigues, jeune Père missionnaire portugais entamera un dangereux périple en terre nippone à la recherche de son Maitre de théologie. D’abord clandestin, puis fugitif, il sera rattrapé par les samourais du redoutable Inoue. Roman historique mais pas seulement. Il est question surtout du conflit intèrieur d’un jeune un homme d’église, humain, en lutte contre sa foi. Un questionnement sur le sens véritable de la charité chrétienne et le caractère universel des religions. Une écriture sobre à laquelle j’ai tout de suite accroché.

 

 

 

 

Auteur : Shusaku Endo

Moha le fou Moha le sageMoha est la voix de tous ceux qui ne peuvent plus parler, des voix réduites au silence par la répression, l’indifférence ou la résignation, les cris que l’on étouffe, les colères muettes, les souffrances murmurées aux étoiles. Le cri d’un fou, de douleur, de colère et de crainte et la parole d’un sage. Paru en 1978. Une écriture dans laquelle je retrouve avec bonheur l’exubérance, la poésie du conteur oriental et la beauté brute des paysages marocains.

 

 

 

 

Auteur : Tahar Ben Jelloun

tanizakiUn brillant divertissement (présentation de la quatrième de couverture). J’ai souri d’un bout à l’autre de cette nouvelle. Shinako n’accepte pas d’etre séparée de son mari et tente de le reconquerir en prenant en otage l’objet de toute son affection, la petite chatte Lily. L’auteur décrit avec ironie et beaucoup de tendresse, les tourments de la passion amoureuse, et toutes les petites manigances, les atermoiements de la nature humaine quand elle est piquée au vif par la jalousie. Beaucoup de grace, de sensibilité et de subtilité dans ce récit initiatique aux allures de comédie, qui n’a cessé de me surprendre jusqu’à la dernière page.

 

 

 

Auteur : Junishiro Tanizaki