Arsène Lupin : L’aiguille creuse

Maurice Leblanc s’est inspiré d’un personnage étonnant, anarchiste et voleur, qui s’appelait Alexandre-Marius Jacob. Un jour, en cambriolant une demeure en Charente-Maritime, il se rend compte qu’il s’agit de la maison de Pierre Loti. Alors, il griffonne un billet : « Ayant pénétré chez vous par erreur, je ne saurais rien prendre à qui vit de sa plume. » Et il laisse dix francs, en dédommagement. Maurice Leblanc fait naître son personnage de gentleman cambrioleur dans une nouvelle qui paraît dans un mensuel en 1905. De 1907 à 1941 il va écrire une vingtaine de romans ou nouvelles des aventures d’Arsène Lupin. Romans policiers, romans d’aventures, aux nombreux rebondissements. Une écriture un peu désuète mais qui ajoute encore au charme du roman. Les premiers romans que j’ai lu enfant, j’ai adoré.

Auteur : Maurice Leblanc

à partir de 11 ans

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :